Reforestation

La plantation est, comme l’enherbement, réalisée en saison des pluies. Elle peut avoir lieu sur une zone préalablement enherbée ou non, suivant la nécessité d’implanter un couvert herbacé en amont de la phase de reforestation.
Les arbres sont plantés selon un maillage d'environ 3x3 à 5x5 mètres, en alternant les espèces entre fixatrices d’azote (Ingas, Clitorias, Moutouchis…) et d’autres espèces forestières (Peigne macaque, Vismia..) ou fruitières (Mombins, Ficus, Jamelon) de sorte à favoriser la coopération et la compétition entre chaque individus plantés. Au final nous obtenons une densité d’environ 1 000 arbres/ha présentant une grande diversité.
La plupart des espèces utilisées restent cependant des espèce dites pionnières, capables de pousser en plein soleil et adaptées à des sols pauvres tels que ceux des sites miniers. De plus elles ont généralement une croissance végétative très importante pouvant atteindre 4-5 m/an, cela permet l’installation rapide d’un couvert arboré propice à la venue de la faune environnante, vecteur très important de graines issues de la forêt et de fertilité (déjections)
L'ombrage créé par ces espèces pionnières va permettre à des espèces secondaires de trouver progressivement des conditions adaptées à leur installation et ainsi permettre l’apport d’une nouvelle diversité naturelle et spontanée, preuve du réenclenchement du cycle naturel de recolonisation par la forêt.

Plantation d'inga secteur St-Auguste (2017)

Ingas 1 an après plantation (Louise 2018)

 

Notre protocole de plantation

Merci aux étudiants de la licence VALORESS (2019-2020) pour leur implication dans les travaux de revégétalisation lors de leur visite de la mine de Saint-Elie.

Apport de 200g de corne de boeuf

DSCN6438

Apport de 4g d'hydrorétenteurs

DSCN6436

Plantation et tassement

DSCN6431

Et on passe à l'arbre suivant !

DSCN6432

L’utilisation de Seed Bombs

Dans l’optique de revégétaliser les zones difficiles d’accès ou très pentues, l’utilisation de seed bombs s'est révélé être la solution. Les seed bombs sont des boules constituées de matière organique et d'argile contenant un stock de graines variées. La matière organique contenue dans la seed bomb permet aux graines de se développer rapidement en leur fournissant tous les nutriments nécessaires, et l'argile sert de liant pour assurer la cohésion de l'ensemble. De plus leur application est très simple, il suffit de les jeter sur les zones à revégétaliser. Cette technique est donc très utile dans les pentes ou crevasses.

Pour la fabrication des seed bombs des tests ont été réalisés depuis l'année 2017 sur le site de Saint-Elie . En dépit d’un nombre d’échec relativement important, ces tests ont permis d’optimiser le procédé de fabrication et la composition des seed bombs, jusqu'à trouver la bonne recette !

Par la suite, les plantations de seed bombs sur la mine de Saint-Élie se sont avérés prometteuses. Les plants issus des bombs se développent bien, forment des troncs épais, des racines profondes et un feuillage bien vert. Après plus de deux années d’essais et de suivi des seed bombs les résultats sont les suivants :

- Germination plus longue et taux de mortalité plus élevés qu'en pépinière
- Bon développement des arbres après germination
- Les arbres issus des bombs semblent plus robustes que ceux issus de la pépinière
- Les seed bombs sont actuellement la technique la plus adaptée à la revégétalisation des pentes

DSCN5100

DSCN4277

Avant plantation d'ingas à Pactole (2012)2012 - Avant réhabilitation

3 ans après plantation d'ingas à Pactole (2015)

2014 - Après réhabilitation

La reforestation des sites miniers permet à la forêt amazonienne de recoloniser des milieux qu'elle aurait pu ne jamais recoloniser ou alors en plusieurs centaines d'années. Les résultats présentés ci-dessus ont été obtenus lors du projet GUYAFIX réalisé en association avec la société SOLICAZ.

Depuis le projet GUYAFIX, la SMSE a poursuivi cet effort de revégétalisation de son site en plantant près de 100.000 arbres (2012-2019) et en disperant près de 30 000 seedbombs. Cette dynamique de revégétalisation devrait permettre courant 2020 de réhabiliter les derniers secteurs de la mine de Saint-Elie.

Les résultats de cette méthode sont visibles en quelques années, cependant il faudra encore des dizaines d’années à la forêt amazonienne pour retrouver la grandeur et la biodiversité qui font sa renommée à travers le monde.

Pour en savoir plus sur la technique de reforestation

Lien vers :FT_Reforestation V1.0