La pépinière

Au courant de l’année 2017, grâce à l'expertise et aux conseils de la société SOLICAZ, la SMSE a décidé de construire une nouvelle pépinière sur le site de Saint-Elie. Elle profite de meilleures conditions climatiques que l’ancienne pépinière ombragée par un grand Clitoria fairchildiana qui nous fournit en graines, de plus cette nouvelle pépinière a profité à la construction de la mise en place d’un système d’irrigation automatisé et programmable permettant de gérer avec précision la ressource en eau disponible pour les jeunes arbres. Cette nouvelle pépinière permet donc de faciliter le travail du pépiniériste et d’obtenir des plants plus robustes pour la plantation. En 2019 une serre a également été construite à proximité pour servir à la fois de zone de séchage pour les seed bombs et de zone de stockage couverte pour les intrants.

 

C’est grâce à la supervision et aux conseils de la SOLICAZ que la SMSE a compris l'importance de la sélection des bonnes espèces végétales pour obtenir des résultats à long terme :

- Des espèces pionnières : Il s’agit d’espèces à forte croissance (plusieurs mètres/an) adaptées aux conditions climatiques difficiles que l’on retrouve sur un site minier (sol pauvre, fort ensoleillement, chaleur élevée, ressource en eau limitée,…). Ces espèces vont peu souffrir des conditions difficiles et vont donc s’implanter avec un fort taux de succès (>90%), leur croissance rapide va leur permettre de créer rapidement un couvert pour la faune et la flore nécessitant davantage d’ombre et de fraicheur.

 

- Des espèces fixatrices d’azote : Il s’agit d’espèces capables de créer une symbiose avec une bactérie (Rhizobium) en formant des nodosités (petites boules blanches) au niveau de ses racines, cette bactérie a la faculté intéressante de fixer l’azote atmosphérique et de le partager avec la plante, à la mort de la plante, l’azote est restitué au sol. Ces espèces vont permettre d’enrichir progressivement le sol en azote, élément indispensable à la croissance des arbres et donc à la fertilité des sols.

 

- Des espèces fruitières : Il s’agit tout simplement d’espèces qui vont produire des fruits en quantité, qui vont attirer la faune. La faune est le vecteur le plus important dans la recolonisation naturelle des surfaces ouvertes et dégradées grâce aux déjections des oiseaux et chauves-souris ou encore au transport de graines attachées à la fourrure des petits animaux. Elles vont permettre d’intégrer la faune à l’écosystème en formation et accélérer sa mise en place, tout en augmentant la densité d’arbres présents sur site.

 

 

Depuis ses premiers travaux de revégétalisation en 2013 la SMSE a pu observer et confronter ses résultats avec ceux obtenus par la revégétalisation naturelle en bordure de forêt. Nous nous sommes alors aperçus que la nature utilisait une très grande diversité d'espèces dont le potentiel n'était pas exploité par la SMSE car trop méconnues. Fort de cette observation, nous avons à l’aide d’un botaniste, localisé, échantillonné, identifié et enfin compilé dans un herbier de nombreuses espèces pionnières présentes dans de jeunes forêts (>20 ans) s’étant implantées sur d’anciennes zones minières. Nous avons alors commencé de nombreux tests de germination et d’utilisation de ces nouvelles espèces pour enrichir notre catalogue et ainsi profiter d’une plus grande diversité d’espèces à implanter.

Screen Pépi

Ingas 1 an après plantation (Louise 2018)


171222 nodosité inga de 2 mois (6)

181125_Face_Village (12)


WhatsApp Image 2018-10-01 at 19.17.52

 

 

La construction de la pépinière a nécessité l'emploi d'une pelle pendant une journée et de 8 personnes (chauffeur de pelle, chef de mine, ouvriers..). Le tout étalé sur Juillet et Août de l'année 2017.
L'achat des différents matériaux et matériels nécessaires à l'activité de la pépinière ont été achetés auprès d'entreprises locales guyanaises.

Le système d'irrigation, ainsi que sa pose ont été assurés par la société Concept Eau.

Compilation des coûts liés à la construction de la pépinière
Elément Coût
Main d'œuvre 7 700
Engins 300
Matériel de construction 4 200
Irrigation 2 300
Matériel de fonctionnement 6 800
TOTAL 21 300

L’irrigation

La pépinière est irriguée à l’aide de sprinklers placés sur 3 axes et espacés de 3 mètres chacun pour permettre un arrosage réparti sur la totalité de la pépinière. L’arrosage est programmé à l’aide d’un automate, à raison de 4 fois 20 min d’arrosage par jour en saison sèche.

En saison des pluies, un capteur permet de déterminer les périodes de pluies et ainsi d’arrêter le programme d’arrosage en fonction de la pluviométrie.

 

Schéma irrigation pépinière

 

La multiplication des espèces

La germination

Cajou (pépinière de St-Elie 2017)

Sur le site de Saint-Elie, la majorité des plantes sont multipliées grâce à la germination naturelle des graines.
Les graines récupérées sont mises dans des petits pots constitués d’un mélange de terre végétale, de compost, de sciure de bois et de sable. Des cendres sont parfois ajoutées au mélange.
Elles sont ensuite placées sous la pépinière, où elles pourront germer et se développer. Cette technique permet un brassage génétique et crée donc de la diversité supplémentaire.

Le bouturage

Boutures de clitorias (pépinière de St-Elie 2017)

Le bouturage, en plus de la germination, est utilisé pour les Clitorias (Clitoria fairchildiana) car il présente un taux de réussite très élevé (90%).
Des tronçons de branches d’environ 30 cm sont coupés sur des Clitorias matures, et sont ensuite mis en terre. A partir des réserves présentes dans le tronçon de 30 cm, la bouture va pouvoir reconstituer ses racines et ainsi donner vie à un nouveau plant de Clitorias, clone de l'arbre générateur de la bouture.

Le marcottage

Vetiver à la pépinière de St-Elie (2017)Le marcottage n’est utilisé que pour une seule espèce, le Vetiver (Chrysopogon zizanioides). En effet cette plante a la particularité de produire de nouveau plants à partir de ses racines. Ainsi lorsqu’un plant de Vetiver est planté dans un pot, une touffe se développe rapidement constituée de plusieurs plants clones. Il suffit alors de séparer ces différents plants et de les replanter individuellement. L'opération peut être répétée autant de fois que nécessaire.

Développement végétatif

 

Les plants vont se développer pendant 3 à 6 mois en pépinière, de façon à atteindre une taille suffisante pour supporter le choc lié à leur implantation sur le sol pauvre du site minier. La durée de développement des plants est limitée à 6 mois pour faciliter leur transport sur site, en effet plus ils sont âgés plus il est difficile de les transporter et de les manipuler.

Pour en savoir plus sur la création et le fonctionnement de la pépinière

Lien vers : FT_Création_pépinière V1.0

Lien vers : FT_Fonctionnement_pépinière V1.0

La société SOLICAZ propose des prestations de réhabilitation, mais également des prestations d'accompagnement à la création de pépinières et à l'apprentissage des techniques de revégétalisation.