Economie circulaire

Dans le cadre de la réhabilitation et de la revégétalisation des sites miniers, des graines et des engrais sont nécessaires en grandes quantités. Les engrais notamment doivent être importés de métropole, ce transport a un coût économique mais surtout un coût environnemental énorme. Il serait donc intéressant de pouvoir trouver au sein du territoire guyanais des produits de substitution à ces engrais.

Depuis plusieurs années, la SMSE cherche à développer cette notion d'économie circulaire auprès des différents acteurs de l'industrie et de l'agriculture guyanaise. L'objectif est de récupérer les différents matériaux, considérés comme des déchets (cendres, fumiers, bagasse, graines...), issus des processus de transformation et de les valoriser sur le site de la mine où ils pourraient trouver une utilité dans le processus de réhabilitation.

 

Les graines

Une grande variété de graines peuvent déjà être récoltées sur le site de la mine au sein de la base vie ou encore à la lisière de la forêt. Seulement, les quantités sont parfois insuffisantes. Il est donc intéressant de pouvoir se procurer des graines en grande quantités auprès des producteurs guyanais.

Les graines de palmiers :
De nombreux palmiers, notamment le wassaï sont utilisés dans l’industrie alimentaire. Il est donc facile d’en récupérer des quantités colossales auprès des producteurs. La SMSE est déjà en contact avec un producteur de jus de wassaï : O Rey Do Açai, situé à Cayenne.
En plus de son intérêt pour la revégétalisation, les graines de wassaï ont également un intérêt agronomique très intéressant. En effet les quantités de graines supplémentaires peuvent être utilisées comme fertilisant.

 

 

Les graines d'arbres fruitiers :
De la même façon que pour le wassaï, les arbres fruitiers sont largement cultivés par l’industrie alimentaire guyanaise.
La SMSE est en contact avec Délices de Guyane pour s’approvisionner en graines, issues du processus de transformation de leur différents produits (jus, confitures...).

 

 

wassai (1)

170512 Graines cerisier péyi

Les déchets industriels

Le sol issu du site de la mine est appauvri par l'exploitation minière. Il est donc nécessaire de l'enrichir à l'aide d'engrais pour permettre un développement optimal des espèces végétales produites sur la mine. Il serait cependant intéressant de remplacer ces engrais chimiques issus de métropole par des engrais organiques issus des déchets de l'industrie guyanais.

 

Fumier de volaille :
L'élevage de volaille est très développé en Guyane, il est donc relativement facile de se procurer de grandes quantités de fumier auprès des producteur. Ce fumier sera mélangé à la terre végétale utilisée dans la pépinière pour permettre un meilleur départ végétatif des arbres, ils seront ainsi plus robustes lors de leur implantation sur la mine, ce qui augmentera leur taux de survie.

 

 

Cendres de bois :
Les cendres de bois, dont l'intérêt agronomique est bien connu, sont récupérées auprès de la centrale thermique de Kourou. Ces cendres pourront servir à la fois d'amendement pour améliorer la structure du sol, et de fertilisant pour en augmenter la fertilité. Elles seront conservées à l'abri de la pluie avant d'être ajoutées au mélange de terre au niveau de la pépinière.

 

 

Bagasse :
La bagasse, résidu fibreux obtenu après transformation de la canne à sucre,  a un pouvoir absorbant très important. Bien qu'elle ne soit pas encore utilisée sur la mine, des expériences pour lutter contre l'érosion des sols sont programmées. La bagasse est récupérable auprès de la rhumerie Saint-Maurice située à Saint Laurent du Maroni.

 

 

Déchets de poisson :
Les déchets issus de la transformation du produit de la pêche guyanaise ont un intérêt agronomique. Il est possible d'en faire un engrais en faisant macérer les déchets de poisson dans de l'eau pendant quelques mois. Cet engrais liquide pourra alors être appliqué par aspersion sur les plants produits au sein de la pépinière.

Fumier de volaille

Cendres de bois

Bagasse

Déchet poisson