Dimension humaine et sociale

La CME attache une importance particulière à développer la vie communautaire aux abords de la mine. Cette démarche concerne en premier lieu l’emploi avec l’embauche de personnel local. On peut à ce titre citer les piroguiers d’Apatou. Mais la CME s’implique aussi par des actions indirectes comme l’aide au frêt, le prêt de matériel, la réalisation de travaux d’aménagement (école sur le Maroni), d’entretien, la création d’ouvrages spécifiques ou la participation aux fêtes communales.

Depuis plusieurs années, la CME s’est engagée dans la formation des jeunes en Guyane et en France. Des partenariats sont passés avec plusieurs grandes écoles d’ingénieurs, certains BTS et les filières de formation professionnelle (Régiment du Service Militaire Adapté de Guyane).

Depuis 2005, une dizaine de jeunes a pu bénéficier d’un encadrement en milieu professionnel et/ou sur des projets techniques liés à l’activité minière.

Plus récemment, en 2018, la SMSE a ouvert les portes de sa mine située à Saint-Elie aux étudiants de la Licence professionnelle VALORESS. Leur permettant de se familiariser avec les techniques liées à l'exploitation aurifère (Exploration, Logging, Réhabilitation..)  >> Voir l'article

Par sa présence et sa connaissance du terrain, la CME participe à la maîtrise des activités d’orpaillage clandestin. Les renseignements régulièrement échangés avec les autorités compétentes facilitent la préparation des opérations de contrôle.

A plusieurs reprises, la CME a pris en charge la réalisation de travaux facilitant l’accès aux secteurs orpaillés illégalement. Ces actions permettent à court et moyen terme d’entretenir un environnement sain pour les salariés de la mine et les habitants du secteur.

La culture d’entreprise de la CME intègre depuis l’origine l’ouverture à la diversité culturelle. Soucieux de préserver une égalité de traitement entre chaque individu, l’entreprise met un point d’honneur à garantir une même qualité d’accueil pour tous les salariés quelles que soient leurs origines.

Cette politique insufflée par la direction favorise la richesse des rapports humains sur la mine et le bien-être au travail. Les instructions, les consignes, mais aussi les idées, les opinions, les histoires, la musique, la cuisine, la culture font l’objet d’une transmission permanente en 5 langues (français, créole, Taki-Taki, portugais du Brésil et du Portugal, et anglais) entre tous les salariés et tous les niveaux hiérarchiques.

Les dirigeants de la CME sont les premiers à encourager ces échanges multilingues. Ils parlent parfaitement toutes les langues utilisées sur la mine. Les salariés ont ainsi la liberté d’exprimer leur point de vue à l’encadrement dans leur langue maternelle.

Ces particularités contribuent à créer une ambiance unique, propice à l’intégration rapide des nouveaux arrivants et propice à l’épanouissement de chacun au travail.

Pour la CME, garantir l’égalité des chances c’est permettre aux femmes de trouver leur place dans un milieu minier autrefois réservé aux hommes. Au sein de l’entreprise, tous les postes leur sont ouverts, des cuisines à la direction, en passant par les postes techniques (géologues, ingénieur des mines, ingénieur environnement) et à responsabilité (adjoint au chef de mine).

Cette préoccupation vise également à garantir des conditions d’accueil irréprochables aux personnes handicapées. Des aménagements spécifiques ont été réalisés sur l’ensemble des sites de la CME. Ils concernent l’accès aux bureaux situés à Matoury (ascenceur…), la circulation et la vie sur les mines (franchissements, élargissements des zones de passages, toilettes adaptées) et les usines (accessibilité en quad, main-courantes renforcées).

 

piroguie

rosangela-w1000

smse_145-w1000

smse_110-w1000

smse_170-w1000

cuisiniere-w1000

smse_158-w1000